Non classé

Une présentation s’impose…

Sans titre 4

Mordue de lecture et de chats, vous l’aurez sans doute compris, j’ai souhaité me créer un petit univers qui me ressemble dans la blogosphère.

Bien que le métier que j’exerce actuellement ait un rapport direct avec les livres, j’aimerais pouvoir, à travers ce blog, consacrer plus de temps à mes passions, et échanger dessus, avec vous.

Je n’ai pas vraiment de genre de lecture fétiche, j’aime lire tout ce que je trouve pourvu que le résumé et la couverture me captive (oui, j’accorde une grande importance à la couverture…). Cela peut être aussi bien du thriller/polar, que du roman graphique, de la bande-dessinée, des biographies, du roman historique, du roman feel-good, de la poésie, du théâtre, sans oublier les grands classiques… J’avoue avoir une bête “noire” qu’est la littérature de science-fiction, ainsi que le fantastique et le merveilleux. Pour autant, j’ai lu plusieurs ouvrages se rapportant à ces thèmes et les ai appréciée, je suis donc de plus en plus ouverte à ce genre de lecture, et suis à la recherche constante de “pépites” à découvrir. Mon rêve étant de devenir un jour libraire, il est important pour moi de n’exclure aucune thématique, et d’être curieuse de tout.

Ce blog démarre tout juste, il est en pleine construction, il risque de changer de tête encore un petit moment, le temps que je le façonne à ma manière. J’espère que le petit monde qu’est la Chapitrerie vous plaira, qu’il sera agréable pour vous de vous y rendre.

Le but est de faire de ce blog un endroit chaleureux, un espace d’échange et de partage entre amoureux de la lecture. Alors n’hésitez pas à vous munir d’un thé, ou d’un café (à votre convenance), de votre chat à câliner ou, à défaut, de votre petit plaid tout doux (les deux, c’est encore mieux !), de bien vous caler au fond de votre canapé, avant de rejoindre la Chapitrerie.

Reading meowments, science-fiction

Chronique #7 : Stranger Things, Suspicious Minds

stranger things

 

Hello tout le monde !

Alors non, je ne me suis toujours pas découvert une passion pour la science-fiction, mais ! L’exception qui confirme la règle, c’est mon amour pour la série Stranger Things (qui y échappe, sérieusement ?). Après quelques temps d’hésitation, et pour ne pas mourir ignorante, j’ai donc décidé de me procurer le premier “roman officiel”, écrit par Gwenda Bond. Et autant vous dire que j’aurais peut-être mieux fait d’hésiter un peu plus longtemps et de me retenir…

 

couronne resume

 

Suspicious Minds est le préquel de la célèbre série Netflix Stranger Things (et si vous ne la connaissez toujours pas, courez la voir !!). On y retrouve l’étudiante Terry en 1969, celle qui deviendra la mère de Onze, et l’on découvre comment elle a été piégée par le Docteur Brenner, dans son effrayant laboratoire d’expériences mentales à Hawkins. Devenus de véritables cobayes soit-disant pour l’État, Terry et ses amis vont tout faire pour dénoncer les sombres agissements de ce médecin dépourvu d’humanité.

 

couronne avis

 

Je vais commencer par les quelques points positifs. J’ai trouvé que la contextualisation historique était plutôt bien fournie, on se retrouve plongés dans les années 70 aux US avec tout un tas de chouettes références : Woodstock, Le Seigneur des Anneaux, le premier pas sur la Lune, mais aussi la guerre du Vietnam et la politique de Nixon. Pour ceux qui aiment cette période, c’est plutôt sympa.

Mais d’après moi, ce livre n’a malheureusement pas tenu ses promesses face à la série, ce qui m’a donné une grande déception (peut-être que j’en attendais aussi beaucoup). Alors même si c’est quand même satisfaisant de connaître un peu mieux le papa (le vrai cette fois) de Onze, sa romance avec Terry (pas trop mièvre en plus), on en apprend finalement très peu sur Brenner et sur la vie que va vivre Onze dès sa naissance. On referme le livre avec encore des questions, et c’est surtout ça qui m’a dérangé.

Autre point négatif, c’est qu’on s’ennuie quand même un peu. J’ai trouvé beaucoup de longueurs à l’intrigue et aurais souhaité plus d’actions. Certains sujets importants sont vite passés à la trappe et on s’attarde sur d’autres alors qu’ils ne sont pas vraiment intéressants. Pour le style de la plume, s’il est plutôt très fluide, je n’ai pas accroché non plus (c’est peut-être dû aussi à la traduction, je ne sais pas). Côté personnages, je ne me suis pas vraiment attachée à eux, je ne les ai pas détestés non plus, mais justement c’était pire, car je ne ressentais pas grand-chose. Je trouve que le roman laisse peu de place à l’émotion.

Alors oui, ce roman est classé dans la partie “young adult”, mais à mon avis il y a des bouquins de ce genre dont l’intrigue est bien plus trépidante. Et à mon avis, Stranger Things est une série destinée à un public bien plus âgé que les adolescents (bien qu’elle y soit adaptée, j’en conviens) : les adultes retrouvent la nostalgie de leur enfance dans les années 80. Je me questionne un peu sur le choix d’avoir écrit un livre “young adult”, alors qu’il aurait été je pense bien plus intéressant d’aller plus à fond dans les détails politico-historiques de cette période de guerre froide entre la Russie et les États-Unis. Et clairement je pense que si ce n’était pas en rapport avec Stranger Things ou si je n’avais jamais vu la série, je n’aurais pas pu aller jusqu’au bout de cette lecture…

Je sais qu’il y a deux autres romans qui existent dans la lignée de celui-ci, mais cette fois-ci sur Hopper et sur Max, d’autres personnages emblématiques. Étant donné qu’ils ne sont pas du même auteur, je pourrais peut-être me laisser tenter par curiosité. Mais ce n’est pas vraiment dans ma wishlist pour l’instant ahah !

Je serais curieuse d’avoir votre avis sur la question, est-ce que vous non plus vous n’avez pas accroché à ce roman ? N’hésitez pas à me dire dans les commentaires afin qu’on puisse échanger là-dessus 🙂

En attendant je vous souhaite de belles lectures et une bonne fin de semaine !

Last Books Meows

Un extrait avant parution : le premier roman d’Olivia Ruiz

olivia ruiz

 

Hello tout le monde !

Avez-vous entendu parler de cette prochaine parution, La commode aux tiroirs de couleurs ? Il s’agit du premier roman de la chanteuse Olivia Ruiz, qui, pour nous faire patienter durant ce confinement, nous en a livré un premier extrait audio.

Personnellement, j’aime beaucoup sa voix, et ça a donc été un plaisir de l’écouter conter les premières lignes de son roman qui pour beaucoup de libraires, est déjà considéré comme un coup de cœur.

D’après son résumé, le livre raconte l’histoire de plusieurs générations de femmes, une histoire enfermée dans une mystérieuse commode qui, une fois ouverte, va livrer des secrets de famille qui vont bouleverser la vie du personnage principal.

Je vous glisse le lien de l’extrait audio à retrouver ici.

Plus qu’à attendre le 3 juin prochain pour le découvrir dans son intégralité !

Bonne semaine à tous !

Last Books Meows

Le bibliothon de la booktubeuse Bulledop !

bulledop

 

Hello !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler d’un événement livresque qui arrive très très prochainement, puisqu’il se déroulera dans pas moins de 4 jours !

Il s’agit d’une initiative de la part de la booktubeuse Bulledop qui réunit à la fois projet caritatif et amour du livre sous le charmant nom de : bibliothon !

Pour résumer, le samedi 2 mai aura lieu un live de 12 heures (sur les plateformes Youtube, Twitch et Facebook) où vont se réunir libraires, bibliothécaires, éditeurs, et même simples lecteurs. De nombreux événements sont à prévoir, du challenge au concours, autour du livre bien entendu, avec des auteurs notamment, mais pas que (j’ai entendu parler d’un concert par exemple). Tout cela est dans le but de soutenir le monde du livre, victime également de cette crise sanitaire qui se transforme peu à peu en énorme crise financière.

Dans ce gigantesque live, Bulledop invite tout le monde à participer, pas que les professionnels. Elle encourage tous ceux qui le souhaitent à lui envoyer une courte vidéo (moins d’une minute) de présentation de votre coup de cœur, qu’il s’agisse d’un livre, d’un film ou d’une série. Cela peut également être fait sous format photo accompagné du #livebibliothon.

Si vous souhaitez plus de détails, tout est répertorié dans sa story à la une sur Instagram, ou bien sur sa dernière vidéo Youtube, avec un lien Google Docs qui donne toutes les informations importantes pour participer. Pour ceux qui seraient intéressés, il va falloir se dépêcher car le dernier délai pour envoyer son coup de cœur est à minuit ce soir !

Je trouve cette initiative super, il fallait y penser et je compte bien aller jeter un œil à ce live qui promet de grosses surprises ! Alors, vous aussi vous en êtes ?

EDIT : j’ajoute juste en-dessous le programme du live !

IMG_20200501_003718

Feline Good

C’est lundi, que lisez-vous ?

c'est lundi

 

Hello !

Aujourd’hui je me lance dans mon premier “C’est lundi, que lisez-vous ?”, en répondant aux questions :

  • Qu’ai-je lu la semaine passée ?
  • Qu’est-ce que je suis en train de lire ?
  • Que vais-je lire dans les semaines suivantes ?

Je vais faire simple en réunissant les deux premières questions car je suis sur le même livre depuis la semaine dernière :

lundi stranger things

 

 

STRANGER THINGS : SUSPICIOUS MINDS, GWENDA BOND

Je pense le terminer d’ici la fin de semaine. Pour l’instant, je ne suis que moyennement convaincue par ce livre, je vous détaillerai tout ça dans la chronique qui suivra ma lecture.

 

 

 

 

Et pour les semaines suivantes ?

Sachant que le déconfinement se rapproche de plus en plus, je vais vous lister quelques lectures diversifiées qui font partie du top de ma Wishlist, au moment où on pourra se ruer sur les librairies 😀

 

lundi faiseuse

 

LA PETITE FAISEUSE DE LIVRES, MIYA KAZUKI

Pour continuer dans ma lecture de mangas, celui-ci me fait de l’œil depuis un petit moment déjà, je n’ai entendu que des bons avis dessus, donc très hâte de me le procurer !

 

 

 

 

 

lundi zola   

LES ZOLA, MELIANE MARCAGGI ET ALICE CHEMAMA

Après la lecture d’Edmond, je suis bien tentée de me replonger dans une BD à vocation biographique, surtout lorsqu’il s’agit une fois de plus d’un auteur !

 

 

 

lundi sorcieres

 

SORCIERES : LA PUISSANCE INVAINCUE DES FEMMES, MONA CHOLLET

J’attendais également de faire de la place dans ma PAL avant de me procurer ce livre, qui m’intrigue pas mal !

 

 

 

 

lundi matiere

 

MATIERE NOIRE, IVAN ZINBERG

Et enfin, comme j’aime beaucoup trop les polars, je suis très tentée par celui-ci après avoir lu une chronique sur un blog. Bon je pense lire d’abord le dernier Joël Dicker, en toute honnêteté, mais nul doute qu’il sera sur ma table de chevet peu de temps après !

 

 

 

 

Et voilà, c’est tout pour ce premier rendez-vous hebdo ! Et vous alors, que lisez-vous en ce moment ? Des avis sur mes lectures à venir ?

 

Last Books Meows

Une parution très attendue !

joel dicker

 

Je vous partage aujourd’hui une nouvelle que je viens d’apprendre et qui me met en grande joie !

Il s’agit de la prochaine parution du dernier roman de Joël Dicker : L’énigme de la chambre 622 ! D’après un article de Livres Hebdo, ce dernier, initialement prévu pour le 25 mars, sortira finalement le 27 mai prochain.

J’espère que pour vous aussi cette nouvelle contribuera à oublier un peu la grisaille de ces temps-ci ! Vous allez l’acheter ? Autant vous dire que dès que ce sera possible je me précipiterai en librairie ahah !

En attendant ce moment, je vous souhaite à tous de jolies lectures !

PS : je vous glisse ici le lien de l’article d’où proviennent ces informations.

Reading meowments

Chronique #6 : Edmond – de la BD au film…

edmond

 

Hello la Chapitrerie !

Je vous retrouve aujourd’hui après avoir lu le roman graphique Edmond, écrit par Léonard Chemineau et publié aux éditions Rue de Sèvres. Cinéphiles du dimanche, ne passez pas votre chemin ; après visionnage du film du même nom, je m’essaye à une étude comparative entre l’objet-livre et l’objet-film.

couronne resume

Edmond, c’est l’histoire de l’écriture d’un chef-d’oeuvre : Cyrano de Bergerac. Fraîchement adaptée de la pièce d’Alexis Michalik (puis reproduite sur grand écran début 2019), la bande dessinée se charge à son tour de dépeindre le Tout-Paris flamboyant de la fin du XIXème siècle. On y suit Edmond Rostand, écrivain de théâtre raté et fauché, au talent encore inexploité. C’est alors qu’un acteur pittoresque, Christian Coquelin, lui demande de lui écrire une pièce dont il serait le héros. Il a 3 semaines pour relever ce défi : l’urgence le presse. Nous découvrons page après page (et minute après minute dans le film) le processus d’écriture dont découle Cyrano de Bergerac, jusqu’à sa grande première, le 28 décembre 1897.

couronne avis

Avant toute chose, une petite précision : ces œuvres sont des fictions. Il est évident que l’auteur, Léonard Chemineau, comme Alexis Michalik, le réalisateur, ont pris quelques libertés avec la réalité historique pure et dure, afin de l’adapter au mieux. Non, en vérité, Edmond Rostand n’a pas mis moins d’un mois pour écrire Cyrano, mais huit mois. Il connaissait déjà ce personnage du XVIIème siècle qu’il a choisi de remettre au goût du jour dans sa pièce. Le personnage de Jeanne, sa muse, n’a (sauf erreur de ma part) jamais vraiment existé. Mais j’ai apprécié la présence de ce personnage qui joue symboliquement le rôle de la muse pour l’auteur, elle l’inspire mais il ne ressent aucun amour pour elle. C’est de là que les événements s’enchaînent et que l’on peut observer le processus de création de cette oeuvre majeure qu’est Cyrano.

Alors même si plusieurs inexactitudes se nichent autant dans la BD que le film, cela ne m’a pas dérangé plus que ça puisque dans les deux œuvres on sait très bien retranscrire les émotions réellement vécues à l’époque : le sentiment d’urgence pour monter cette pièce au nombre incalculable d’acteurs, la difficulté à réunir des costumes dignes de ce nom, à faire répéter les scènes. On y retrouve également un caractère d’Edmond très bien dessiné, qui colle à la réalité, un homme qui manquait cruellement de confiance en lui, qui jusqu’au bout ne croyait pas au succès de sa pièce, ce qui le rend très attachant. Cela se voit aussi je trouve à travers les traits du dessin, une petite tête ronde, une bonhomie sympathique se dégage de ce personnage dessiné par Léonard Chemineau. Aussi bien dans le film que dans la BD, je me suis beaucoup attachée aux personnages masculins, Edmond mais aussi Léo Volny son meilleur ami, et Constant Coquelin, l’acteur qui joue Cyrano. Lui plus que n’importe qui a foi en la pièce, et c’est ce qu’il s’est réellement passé.

Vous pourrez retrouver les scènes incontournables de Cyrano : la fameuse tirade du nez (“Que dis-je, c’est un cap, c’est une péninsule !”), Roxane au balcon, l’acte V quasiment entier avec la mort de Cyrano. C’est un élément qui m’a beaucoup plu car on dépoussière la pièce de fond en comble. En la vulgarisant ainsi, non seulement on lui rend hommage mais également elle devient ludique. Elle est tout de suite plus accessible pour tous, même ceux qui ne se tournent pas forcément vers le genre théâtral. C’est une bonne manière de mettre à la disposition de tous, notamment des plus jeunes, ces bijoux de la littérature française.

Enfin je pense que ce film et cette BD ont cherché à rendre hommage à Edmond Rostand qui est malheureusement un auteur trop méconnu. Comme l’a justement dit Alexis Michalik dans une de ses interviews, le succès de Cyrano a fini par le dépasser, et c’est le nom de son oeuvre qui est resté, et non de son auteur. Pour en savoir plus sur cet écrivain encore si mystérieux, je vous conseille sa biographie, écrite par François Taillandier, Edmond Rostand, l’homme qui voulait bien faire (aux éditions de l’Observatoire).  J’ajoute ici le lien d’une vidéo de La Grande Librairie qui interviewe l’auteur.

En faisant quelques recherches supplémentaires je suis également tombée sur une autre vidéo de La Grande Librairie où Alexis Michalik est invité et s’en suit une réflexion intéressante avec le philosophe Michel Onfray sur la fiction dans les films à caractère biographique : est-il mieux de prendre des libertés avec la réalité pour le bien du film ou bien de respecter la vérité historique coûte que coûte ?

En tout cas, j’ai vraiment passé de très bons moments à lire cette BD aussi bien qu’à regarder le film, je vous les conseille tous les deux vivement pour quiconque souhaiterait découvrir de façon ludique Cyrano de Bergerac et comment cette pièce mondialement connue est née.

Et vous, connaissez-vous Cyrano de Bergerac et son auteur Edmond Rostand ? Avez-vous lu/vu ces œuvres ?

polar, Reading meowments

Chronique #5 : Agatha Raisin enquête, pas de pot pour la jardinière

agatha t03

 

Retrouver les aventures de la déjantée Agatha n’aura jamais été autant satisfaisant que dans cette période confinée !

Il s’agit ici du troisième tome de la (très longue) série des Agatha Raisin, écrit par M.C. Beaton et publié aux éditions Albin Michel.

J’ai ressenti le besoin de retrouver une lecture doudou, alors quoi de mieux que de se tourner vers le paysage si cocooning des Cotswolds dans lequel nous plonge totalement M.C. Beaton ?

Pour ceux qui ne connaissent pas encore cette série, nous allons suivre les aventures d’Agatha Raisin, une sorte de Miss Marple des temps modernes ou d’Hercule Poirot au féminin (elle en est d’ailleurs la digne héritière !). On l’aime ou on la déteste, mais elle ne peut pas vous laisser indifférent. La cinquantaine, ancienne commerciale londonienne à la personnalité tapageuse, elle a décidé de prendre sa retraite dans un petit village des Cotswolds, loin de l’ambiance bruyante de la capitale. Et pourtant, c’est incroyable comme il peut s’en passer des choses à la campagne…

Une fois de plus dans ce troisième tome de la saga, l’intrigue tourne autour d’une affaire de meurtre au village. Mais pas de panique pour les frileux du polar : la légèreté du ton et le caractère irrévérencieux de la protagoniste rendent le tout bien plus digeste (il suffit de regarder la couverture qui ne se prend pas trop au sérieux pour l’imaginer) ; à tel point que ce cosy mystery est un petit bonbon qu’on se plaît à déguster chapitre après chapitre.

Alors bon, même si encore une fois j’ai adoré retrouver les personnages auxquels on s’attache facilement, m’imaginer me faufiler dans les ruelles de ce petit village attendrissant, je dois avouer une chose : au bout du troisième tome, le schéma narratif commence légèrement à se répéter telle une machine ronronnante. En effet, c’est souvent les mêmes problématiques que ressasse Agatha : son possible retour à Londres, ses émois pour son voisin qui semblent définitivement tourner en rond, une affaire de meurtre qu’elle se charge de résoudre en faisant fi de la police… Mais bon. Finalement on y retourne, encore et encore, car malgré les redondances, on n’a pas envie de quitter Carsely et ses personnages si attachants.

Voilà pourquoi je terminerai cette chronique en disant que cette saga, à mon avis, est à consommer avec modération : pour l’apprécier à sa juste valeur, on la savoure, on lit un tome et on passe à autre chose histoire de “casser l’ambiance” et d’y revenir avec empressement quelques bouquins plus tard. C’est personnellement la méthode que j’ai appliquée (involontaire au départ). Les deux prochains tomes m’attendent sagement sur mon étagère, et j’ai déjà bien hâte de les retrouver à la suite d’autres lectures !

PS : je vous glisse ici le lien d’un article du blog Albertebly qui a fait la chronique du premier tome, c’est poilant à souhait et vraiment ça vaut le détour si vous voulez un avis qui mêle bons conseils et tranches de rire 😉

Après cet article interminable je le reconnais, je vous pose la question : êtes-vous amateurs de cosy mystery dans le même style que les Agatha Raisin ? En auriez-vous à me conseiller ?